Suite à mon article l'Inconsciente c'est moi publié mercredi, j'ai fait ma grande fille et j'ai fini par appeler pour prendre mon rendez-vous de suivi à la maternité (deux jours avant la date où je devais être au rendez-vous c'est un peu tard...). Ils étaient un peu débordés alors la secrétaire m'a redirigé vers la sage-femme qui me suivait pour ma grossesse et ce n'est pas un mal. Il faut dire qu'à l'hôpital, on ne choisit ni l'heure ni le jour, c'est plus loin, c'est aussi un calvaire pour se garer alors que Claire, ma sage-femme, elle me laisse choisir quand je viens, le cabinet est plus près et on s'y gare facilement.

Du coup, j'ai appelé mercredi soir et elle m'a donné rendez-vous dès le lendemain, le jeudi 3 Novembre à 13h30 soit 1 mois jour pour jour après le curetage. Au début, j'étais contente de m'y rendre, de pouvoir vérifier que tout allait bien pour moi mais soudain la tristesse m'a envahi,. J'allais chez ma sage-femme mais cette fois ci, il n'y aurait pas de bébé, pas de discussion à son sujet, il n'y aurait que moi.

J'ai beaucoup pleuré, sur la route, en salle d'attente, dans son cabinet. Elle m'a réconforté, elle m'a rappelé qu'elle était là si j'en ressentais le besoin. Elle m'a rassuré sur mon état de santé physique, puis elle m'a proposé des séances d'hypnose pour faire face au deuil, m'a informé qu'il existait des sessions de soutien à l'hôpital, que je pouvais aussi consulter un psychologue. Elle a également demandé comment allait Chaton, si on nous avait bien soutenu à la maternité. 

En résumé, elle a fait tout ce qu'il fallait faire, dit tout ce qu'il fallait dire, demandé tout ce qu'il y avait à demander, ce qu'aucun membre du personnel médical n'avait fait avant elle, tout cela en 30 minutes de consultation.

Bref, j'aime ma sage-femme.