Je ne suis pas une experte du deuil et c'est bien la première fois qu'il me touche d'aussi près. On parle souvent des différentes étapes qui le composent, vous les avez probablement entendu avant mais voici celles dont je parle aujourd'hui :

  • Le Choc
  • Le Déni
  • La Colère
  • La Dépression
  • La Résignation
  • L'acceptation
  • La Reconstruction

Le Choc :

Je me souviens parfaitement les sensations qui m'ont assailli. La douleur dans la poitrine que j'ai ressenti, la voix du gynécologue qui s'assourdit, je me suis sentie fiévreuse et puis rapidement glacée. J'ai eu l'impression que mon coeur avait raté un battement, pendant quelques secondes j'ai cessé de respirer, les yeux dans le vague avant de refaire surface.

Le Déni :

Jusqu'au dernier moment, je me suis retenue de suplier pour qu'on me fasse une autre échographie, je me disais qu'il y avait une erreur, qu'il était bien vivant, qu'on allait le tuer. Je ne sais pas ce qui m'a retenu, intérieur je devais savoir qu'il n'y aurait pas de happy ending pour nous.

La Colère :

Contre la vie en générale qui m'a donné ce que je souhaitais le plus au monde pour le reprendre aussi brutalement. Contre la femme de la chambre d'à côté à l'hopîtal qui à mes yeux ne méritait pas l'enfant qu'elle avait (Chaton et moi avons eu l'immense privilège de découvrir sa vie à travers la cloison). Contre toutes celles qui sont tombées enceintes depuis, que je jalouse.

La Dépression :

Omniprésente depuis l'annonce, un état d'abattement qui n'est pas prêt de me quitter, j'appelle ça la Mélancolie. 

La Résignation :

Malgré mon envie de fuir, de ne pas faire les examens, de ne pas me présenter à l'hopîtal, j'ai fait tout ce qu'on m'a demandé, j'ai suivi la route qu'on avait prévue pour moi comme du bétail qu'on emmène à l'abattoir.

L'Acceptation :

Je ne suis pas tout à fait sûr d'avoir accepter sa perte, je suis toujours dans une phase d'injustice, le fameux "pourquoi moi ?".

La Reconstruction :

J'en suis loin... Une nouvelle grossesse menée à terme serait à mon avis le seul moyen de me reconstruire. 

 

Ces étapes j'en ai presque fait le tour, seulement voilà, dans les faits, ça ne se produit pas tout à fait comme ça, les différentes phases se mélangent et selon moi il en manque une : la rechute. Celle qui débarque sans prévenir un matin, qui te fait pleurer comme au premier jour des larmes qui ne tarissent pas, que tu ne contrôles pas. Celle qui ne te donne pas envie fêter Noël parce que tu n'as aucune joie à partager, à ne pas célébrer la nouvelle année parce que celle qui se termine t'a apporté tellement de souffrances que tu n'oses imaginer ce que la prochaine te réserve. Celle qui m'a frappé de plein fouet et dont je peine à sortir...