Non, je n'ai pas voulu m'enfuir pour éviter l'accouchement quand les douleurs des contractions sont devenues insupportables mais bien plus tard alors que jusque là mon séjour à la maternité se passait bien.

Remettons nous dans le contexte. Je suis à J+3 de mon accouchement et ce vendredi matin la sage-femme et son élève viennent m'examiner pour notre sortie prévue demain matin. Tout va bien pour moi (même si je douille avec mes points de sutures) et on me dit que dès que la petite aura vu le pédiatre demain matin nous aurions le feu vert pour partir.

Sauf que, 1 heure plus tard, ma sage-femme et son élève reviennent pour me donner mes ordonnances et en sortant elles jetent un oeil à Charlie. C'est le début de 20 bonnes minutes de doutes, d'interrogations, de stress qui va se muer en pleurs mais surtout où je vais être, moi sa maman, totalement ignorée.

En passant devant le berceau de ma petite chouquette endormie, la sage femme remarque des mouvements, des petits soubresauts au niveau de ses mains. Au début elle ne dit rien, elle se contente de mettre son doigt dans la main de ma fille et la regarde longuement. Puis elle s'adresse à voix basse à son élève qui se rapproche et qui murmure à son tour avant de sortir. Je comprend qu'elle l'envoie chercher quelque chose puis elle sort à son tour.

Moins de 2 minutes plus tard, je les entends derrière la porte mais elles ne sont plus toutes seules. Une troisième femme rentre avec elles et ensemble elles encerlent le berceau et toujours en chuchotant entre elles, regardent longuement Charlie et ses petites mains qui sursautent. C'est une interne en pédiatrie qui les a rejoins et elle n'est pas très sûr de la conduite à tenir, elle préfère faire appel à sa responsable, tout le monde sort de la pièce.

Moi je ne sais toujours pas ce qu'il se trâme, on m'amène mon plateau repas et dans la foulée elles sont quatre à revenir dans la chambre. Même configuration, tout ce petit monde autour du berceau à murmurer, je comprends que la 4ème femme est pédiatre, elle demande plusieurs tests, la note d'apgar de Charlie à la naissance et moi pendant ce temps là je pleure.

Je pleure parce que j'ai compris grâce aux quelques mots que j'ai pu entendre de leur conversation qu'elles suspectent un problème neurologique, que ces petits sursauts leurs font penser à des convulsions. Et moi je n'ai envie que d'une chose, c'est de m'enfuir de la maternité ma fille sous le bras parce qu'il y a une heure elle était en pleine santé et que maintenant je pourrais la perdre.

Finalement, la pédiatre se rend compte que je suis en larmes et prend le temps de m'expliquer (enfin !) que oui parfois les trémulations du nourrissons peuvent être confondu avec des convulsions mais qu'il ne faut pas que je m'inquiète. Il valait mieux vérifier parce que l'épilepsie sur les bébés est très difficile à détecter mais que si ces petits sursauts ne se déclarent que dans son sommeil, non quand elle est éveillée, et qu'elle continue à être aussi tonique, je n'ai aucune crainte à avoir...mais quand même elle me donne un rendez-vous neurologique 15 jours plus tard.

Dans l'après midi, Charlie a eu le droit à un test de glycémie, de calcémie et de la jaunisse. Evidemment elle était dans la fourchette haute pour la jaunisse et elle a du refaire le test deux fois mais elle a échappé à la lampe UV et samedi après midi, nous avons pu ramener notre fille chez nous (victoire !).